La « pêche » parisienne, un engagement citoyen pour les commerces de proximité

Le 23/08/2018

Les monnaies locales et alternatives ont la cote. Depuis quelques années, elles investissent nos communes sous couvert d’engagement solidaire et militant. Leur intérêt ? Booster l’économie locale en consolidant les rapports de proximité. La « pêche » lancée en Seine-Saint-Denis en 2014 s’étend désormais à la capitale depuis mai dernier. L’occasion pour BURO Club de saluer cette initiative salvatrice pour tous les petits commerces et les entreprises locales !

Pour soutenir ces entreprises franciliennes, BURO Club met à leur disposition des espaces professionnels clé en main aux quatre coins de la capitale avec des offres modulables. Pour développer le business des entreprises locales, le réseau propose des locations de bureau et adresses de domiciliation à Paris dans un cadre fonctionnel et optimisé. Dans ses cinq centres d’affaires parisiens, les entreprises adhérentes se côtoient quotidiennement, échangent et parfois même collaborent. C’est donc tout naturellement que BURO Club invite ses partenaires à adopter des gestes citoyens en favorisant ce type de circuits-courts initiés par la nouvelle monnaie de Paris.

Comment est née la « pêche » ?

La « pêche » est une devise complémentaire à l’euro. Elle a vu le jour dans la ville de Montreuil en 2014, avant de s’étendre plus largement au Val-de-Marne et à Paris en mai 2018. La France compte aujourd’hui une cinquantaine de monnaies locales sur son territoire.

Comment et où peut-on l’utiliser ?

En tant que consommateur ou commerçant, vous pouvez utiliser vos pêches en rejoignant le collectif. Des comptoirs de change sont situés à différents endroits en Île-de-France pour vous permettre de convertir vos euros. Vous pouvez ensuite les dépenser dans les commerces adhérents répartis sur plusieurs arrondissements de Paris.

Qu’est-ce que ça change pour les consommateurs ?

La valeur de la « pêche » est identique à celle de l’euro, les consommateurs et consommatrices ne sont donc pas perdant∙e∙s. En revanche, la monnaie fonctionne selon un système de bonus de 3% lors de la conversion et de malus de 3% également au moment de la reconversion.

Quels sont les objectifs ?

Bien que les retombées économiques soient encore faibles, la « pêche » a de beaux jours devant elle. Son objectif principal est d’inciter les habitants et habitantes à mieux consommer tout en renforçant le lien social. Les commerces sont quant à eux invités à faire appel à des fournisseurs locaux qui utilisent aussi la monnaie. De cette manière, il est possible de contourner le circuit de la grande distribution ou de l’importation. En plus de dynamiser l’économie, c’est également un moyen de mieux préserver l’environnement

Actualités
Contact