Actualités BURO Club
Le 24/08/2016

Vers une rentrée écoresponsable

Le réseau BURO Club, leader français des centres d’affaires indépendants, se soucie de l’environnement et de son devenir. Il a à cœur d’agir, à son niveau, de manière écoresponsable. C’est pourquoi le professionnel de la location de bureaux et de la domiciliation d'entreprise s’est penché sur plusieurs pistes porteuses pour l’avenir. Des habitudes, des gestes que chaque partenaire et adhérent BURO Club peut choisir d’adopter.

Depuis le lundi 8 août, nous avons officiellement épuisé les ressources naturelles produites par la Terre en une année. Cela, à force de consommation effrénée et d’émissions de gaz à effet de serre. L’ONG Global Footprint Network estime qu’il faudrait 1,6 planète pour satisfaire la totalité des besoins humains. Toutefois, depuis quelque cinq années, le rythme global de la consommation tend à ralentir. Les consciences semblent s’éveiller et les initiatives prendre forme.

Recyclage des papiers de bureaux

Le centre d'affaires BURO Club Paris Vendôme, entre autres, est sur le coup et manifeste la volonté de penser chaque action en fonction du développement durable. Alain Choppy et Pascal Cottin, respectivement directeur et attaché de direction du centre, ont opté pour Recy'go, un service proposé par La Poste. Le principe est simple et efficace : collecter et recycler les papiers de bureaux dans la plus grande confidentialité, pour servir les papetiers recycleurs situés en France. On ne le sait pas forcément, mais ces derniers souffrent d’un manque d’approvisionnement. Or, 60 % des papiers de bureaux du territoire français ne sont pas recyclés. Ils sont brulés ou déposés en décharge. Recy’go est un moyen intéressant d’inverser la tendance, d’accoutumer le monde du travail au tri sélectif et de limiter son impact sur l’environnement. D’autre part, ce genre d’initiative valorise l’image d’une entreprise.

Recyclage des cartouches d’impression

Toujours dans le but d’économiser les ressources naturelles, il est judicieux de penser au recyclage des cartouches d’encre pour imprimantes. Chaque année, les Français en utilisent plus de 70 millions, soit 9000 tonnes. Ces pièces sont composées de matériaux recyclables, comme le plastique et les métaux. Grâce à elles, on peut produire 5 millions de clés à molette, 60 millions de boîtes de conserve ou encore 940 millions de stylos. À l’image de La Poste, certaines sociétés sont spécialisées dans la collecte des cartouches d’impression. Au rayon des économies de papier et d’encre, on conseille de n’imprimer un document que lorsque c’est impératif. Autrement, le consulter sur un écran d’ordinateur reste le plus raisonnable. De la même manière, imprimer sur le recto et le verso d’une page permet de consommer moins de papier. Et si on le fait en qualité « brouillon » ou en « mode économique », cela nécessite moins d’encre.

Oublier les gobelets en plastique

D’importantes économies de déchets sont également réalisables en corrigeant la consommation de gobelets en plastique. Chaque passage à la machine à café ou à la fontaine à eau nécessite un nouveau gobelet. Utilisé une fois, il va la plupart du temps gonfler les décharges (c’est le cas de 4 gobelets sur 10) ou nourrir un incinérateur (6 sur 10) et n’est pas recyclé. On estime que les Français en utilisent environ 4 milliards à l'année, ce qui donne près de 30 000 tonnes de déchets. Afin d’éviter ce gâchis, deux solutions s’offrent aux entreprises : l’option tasses, mugs ou verres lavables ; et les gobelets réutilisables et recyclabes.

Apprivoiser le bouton off

Concernant l’électricité directement, quelques réflexes simples peuvent faire la différence. Éteindre la lumière (d’une ampoule basse consommation, si possible) au sortir d’une pièce est une base cardinale. Et afin de profiter de la lumière naturelle plus longuement au cours de la journée, mieux vaut placer son bureau près de la fenêtre. D’autre part, chaque appareil doit être éteint lorsqu’on termine de s’en servir. Ordinateurs, imprimantes, écrans, photocopieuses, machines à café continuent de consommer de l’énergie si on les laisse en fonction. On a tout intérêt à adopter ces automatismes, d’un point de vue pécuniaire comme environnemental. Pour l’ordinateur précisément, il est judicieux d’en programmer la veille au bout de quelques minutes d’inactivité, suivie d’une veille prolongée si le temps continue de passer sans que l’on s’en serve. Des ordinateurs et écrans dont on peut se servir pour mener à bien une visioconférence dans un bureau équipé, par exemple, au lieu de se déplacer. Excellente alternative à l’utilisation d’un véhicule pour rallier un point de rendez-vous, elle permet d’éviter la production de CO2 et minimise la fatigue du travailleur.

  • DEV DURABLE
<
>